« Je ne peux pas oublier les mauvais traitements commis par des Arméniens » - Ancien captif azerbaïdjanais

  23 Juin 2021    Lu: 321
 « Je ne peux pas oublier les mauvais traitements commis par des Arméniens » - Ancien captif azerbaïdjanais

« Lorsque les Arméniens ont essayé de me tirer dessus, j'étais heureux d'être sauvé de la torture », a déclaré l'ancien captif azerbaïdjanais Elchen Islamov.

Islamov a fait ces remarques lors du procès sur l'affaire pénale des criminels de guerre arméniens Ludwig Mkrtychyan et Aliosha Khosrovyan, qui ont torturé des captifs azerbaïdjanais et commis d'autres crimes pendant la première guerre du Karabagh.

Islamov a dit qu'il avait été appelé au service militaire en 1997 et qu'il avait été fait prisonnier cette année-là.

« Pendant mon service dans la région de Guédébey, des agents des services de renseignement arméniens sont venus par derrière et m'ont capturé. Quand j'étais dans un centre de détention à Erevan en 1999, les Arméniens sont venus m'emmener. Ils m'ont enfermé dans une pièce où Ludwig Mkrtychyan est entré et m'a parlé. Il a dit que je devais changer de nom, accepter la citoyenneté arménienne et me marier là-bas, puis me battre contre les Azerbaïdjanais. On m'a dit que toutes les conditions seraient créées pour moi en Arménie. Après avoir rejeté tout cela, Mkrtychyan a commencé à me torturer brutalement. J'étais peintre et ils ont apporté une feuille de papier pour dessiner un officier arménien. J'ai fait le dessin de l'officier. Ensuite, ils ont commencé à me frapper avec une ceinture », a déclaré l'ancien captif.

Le témoin a dit que les Arméniens les avaient fortement torturés : C'était l'hiver, ils m'ont remis à leurs soldats. Ils m'ont fait m'allonger et m'ont attaché les mains. Puis ils ont versé de l'essence sur moi, mettant la bouteille sous ma tête. Ils allaient me brûler. Ensuite, ils ont été informés de ne pas me brûler mais de m'emmener. Ils ont recommencé à me battre. Ils m'ont emmené à la voiture. Après avoir donné à manger, ils ont recommencé à me battre. Ils m'ont emmené au village. Quand je suis sorti de la voiture, ils m'ont frappé à la tête et j'ai perdu conscience. Quand je suis revenu à moi, j'ai découvert que j'étais dans la prison de Choucha. Il y avait beaucoup d'Azerbaïdjanais blessés. Ils ont arraché l'œil de quelqu'un. Ils ont dit que cette personne avait été prise en otage en 1992. Ils versaient de l'eau sur le béton et nous dormions là. On nous a donné 3 minutes pour aller et venir à la salle de bain. Quand nous avons couru aux toilettes, cela a pris 4 minutes. Sept minutes s'étaient déjà écoulées quand je suis revenu et j'ai été brutalement battu.

Un représentant du Comité international de la Croix-Rouge est venu et a vu que nous n'avions pas d'endroit où dormir. Il leur a demandé de nous donner de la literie. Lorsque le représentant du comité est parti, ils ont pris la literie. Ensuite, deux personnes m'ont mis dans une voiture et m'ont emmené dans une montagne. Là, ils m'ont fait sortir et m'ont dit : « Arrête, nous tirons ». J'étais content de mourir. Ils m'ont dit de tourner le dos. Quand je me suis retourné, j'ai vu notre poste. Ils ont commencé à tirer sur nos militaires. Ils voulaient que nos militaires sur le poste ouvrent le feu sur nous. Cependant, nos militaires n'ont pas ouvert le feu sur moi. »

E. Islamov a déclaré que L. Mkrtychyan l'avait torturé dans la prison de Choucha : « Il a sorti les dents en or de ma bouche avec une pince. J'ai été torturé par Mkrtichyan, je ne connais pas Khosrovyan. Mkrtychyan m'a tellement torturé que je ne peux toujours pas l'oublier. »

Azvision.az


Tags: Arménie   terrorisme   Azerbaïdjan   Karabagh