« Des Arméniens m'ont battu et m'ont cassé le nez », dit un ancien captif azerbaïdjanais

  23 Juin 2021    Lu: 210
 « Des Arméniens m

« J'ai été appelé au service militaire en janvier 1994. Le 14 février, c'était une tempête de neige, et nous avons perdu la trace dans les montagnes », a déclaré une victime Kamil Babayev.

Babayev a fait ces remarques lors du procès sur l'affaire pénale des criminels de guerre arméniens Ludwig Mkrtychyan et Aliosha Khosrovyan, qui ont torturé des captifs azerbaïdjanais et commis d'autres crimes pendant la première guerre du Karabagh.

Il a dit que les militaires arméniens lui avaient cassé une dent quand il avait été capturé : « Nous nous sommes cachés au fond du village et avons vu 3-4 personnes venir d'en bas. Quand ils nous ont vus, ils ont dit : N'ayez pas peur, nous sommes les enfants de Dachkéssen. Ensuite, nous les avons également rejoints. Au bout d'un moment, ils ont pris nos bagages et nos armes comme pour nous aider. Après avoir remis nos armes, ils nous ont frappés par derrière et nous avons perdu connaissance. Quand nous nous sommes réveillés, nous avons vu que nos mains étaient liées. Nous avons été emmenés dans un endroit escarpé de Kelbedjer. Ma jambe était attachée à la jambe de mon autre ami captif afin que nous ne puissions pas nous échapper. Lorsque nous avons atteint Kelbedjer, l'armée arménienne a commencé à nous attaquer et à nous battre. Ceux qui nous ont emmenés en captivité les ont arrêtés. Ensuite, ils nous ont amenés à l'unité militaire et nous ont mis dans un endroit avec une grille en fer. L'un des soldats a essayé de m'arracher les dents en titane avec une pince mais a échoué et m'a cassé les dents.

Ensuite, ils m'ont emmené à Aghdam puis à Khankendi. J'avais faim et soif et j'ai été battu à plusieurs reprises. Trois mois après la captivité, on m'a donné de l'eau froide pour me baigner. En captivité, ils m'ont battu et m'ont cassé le nez. J'ai rencontré Mkrtichyan et Khosrovyan dans la prison de Choucha. Ils m'ont donné des coups de pied, des coups de poing et m'ont battu avec l'armature. Nous avons été forcés de travailler à la construction d'une maison à Khankendi. Ensuite, ils nous ont remis à Mkrtichyan et Khosrovyan. Ils nous ont aussi frappés. Je souffre toujours d'une dépression nerveuse. »

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   Arménie   Karabagh   terrorisme