Le site «Musulmansenfrance» publie un article intitulé «Azerbaïdjan-Turquie: La déclaration de Choucha»

  18 Juin 2021    Lu: 1205
  Le site «Musulmansenfrance» publie un article intitulé «Azerbaïdjan-Turquie: La déclaration de Choucha»

Le site français « Musulmansenfrance » a publié un article intitulé «Azerbaïdjan-Turquie: La déclaration de Choucha», écrit par Zeynab Kazimova, fondatrice du journal Le Carrefour, seul journal francophone en Azerbaïdjan, et membre de l’Union des journalistes d’Azerbaïdjan.

AzVision présente le texte intégral de l'article :

Le 15 juin 2021, les président de la République d’Azerbaïdjan, lham Aliev et le président de la république Turque Recep Tayyip Erdogan se sont rencontrés dans la ville de Choucha pour signer un accord consolidant, entre ces deux pays, des relations déjà depuis longtemps étroites. Le fait que cette rencontre ait eu lieu dans la ville de Choucha est naturellement hautement symbolique, d’une part parce qu’elle a été récemment libérée, suite à la guerre des 44 jours, dans laquelle la Turquie à joué un rôle non négligeable, et d’autre part parce que Choucha a été promue en mai dernier “Capitale culturelle de l’Azerbaïdjan” par le Président Aliyev. Une manière de dire qu’il ne peut y avoir de culture sans paix, ni de paix sans promotion de la culture.

L’analyse de Zeynab Kazimova, Fondatrice du journal Le Carrefour, seul journal francophone d’Azerbaidjan, et Membre de l’Union des Journalistes d’Azerbaidjan

La “déclaration de Choucha” sur la consolidation des relations entre l’Azerbaïdjan et la Turquie a été signée le 15 juin, dans la ville historique azerbaïdjanaise de Choucha, au Karabakh.

Ce document réaffirme l’unité et la fraternité “éternelle” turco-azerbaïdjanaise. Les chefs d’Etat ont qualifié ce document d’historique, et est présenté comme la feuille de route d’une nouvelle étape dans les relations entre les deux pays. Il accorde une attention particulière à l’établissement d’activités coordonnées dans les domaines politique, militaire et sécuritaire. Il prévoit notamment des mesures de défense conjointes en cas de menace ou d’agression par un ou plusieurs États tiers contre l’indépendance, la souveraineté, l’intégrité territoriale, l’inviolabilité ou la sécurité des frontières internationalement reconnues de l’une ou l’autre des parties. En fait, les deux pays avaient déjà signé des documents interétatiques définissant des relations alliées stratégiques, ainsi que des accords reflétant les principes de partenariat étroit et d’alliance dans le domaine militaire. La Déclaration de Choucha donne à ses accords une dimension internationale et constitue un appel à la communauté internationale à tirer parti des nouvelles opportunités de coopération dans la région après la guerre de 44 jours. Les deux pays n’ont ménagé aucun effort pour faire du Caucase du Sud une région de paix.

« La Déclaration sur l’alliance, signée aujourd’hui, porte nos liens au plus haut niveau. Le titre de la déclaration dit tout. Aujourd’hui, nous avons noué une relation qualitativement nouvelle, et toutes les dispositions de cette déclaration constituent une garantie de notre coopération future », a précisé le président Ilham Aliyev.

Le président turc a appelé toutes les personnes influentes de la région à accepter la victoire de l’Azerbaïdjan et à regarder vers l’avenir. L’Azerbaïdjan et la Turquie souhaitent associer tous les pays de la région à ce processus de coopération. La Turquie a ainsi réitéré son intention de contribuer à la fois au processus de redressement et au retour des anciens déplacés internes dans leurs foyers.

« Nous invitons tous ceux qui ont de l’influence dans la région à voir la vérité, à accepter la victoire du peuple azerbaïdjanais et à regarder vers l’avenir. Après l’accord de cessez-le-feu, de nouvelles opportunités de coopération sont déjà apparues pour toutes les parties dans la région. Nous sommes les témoins directs de la volonté de nos frères azerbaïdjanais d’oeuvrer en ce sens,” a déclaré le président turc Recep Tayyip Erdogan au cours de la conférence de presse.

“La Turquie, souhaite orienter ses relations de voisinage géographique vers une coopération plus approfondie. Que l’Arménie tienne la main de solidarité qui lui est tendue de bonne foi et qu’elle fasse bon usage de l’opportunité qui lui est offerte de façonner ensemble un avenir commun. Nous avons mentionné, dan snotre Déclaration, que cettes coopération s’articulerait sur une plateforme à six: la Russie, la Turquie, l’Azerbaïdjan, l’Arménie, la Géorgie et l’Iran. Nous formons le voeu que la région devienne désormais, grâce à cette plateforme à six, une région de paix et de tranquillité ” a précisé le président Recep Tayyip Erdogan, qui a ajouté : “Nous sommes prêts à accepter toute discussion et à effectuer tous les gestes possibles, Monsieur Poutine aussi … Grâce à ces initiatives, nous avons la certitude que la région deviendra un havre de paix”

Concernant l’alliance militaire, Recep Erdogan a précisé : « Nos relations dans le domaine de l’industrie de défense se développeront désormais d’une manière différente. L’Azerbaïdjan aura également la possibilité de devenir un centre de production. Notre force est celle de l’Azerbaïdjan et la force de l’Azerbaïdjan est la nôtre ».

La rencontre fut clôturée par une représentation musicale intitulée « Le patrimoine musical et les chevaux Karabagh dans la plaine de Djydyr » à laquelle assistaient le président azerbaïdjanais Ilham Aliyev, et son épouse, Mehriban Aliyeva, et le président turc Recep Tayyip Erdogan accompagné de son épouse Emine Erdogan. Pendant la représentation, le cheval Karabagh « Zefer », appartenant à l’une des races des chevaux les plus anciennes de Karabagh, et une composition florale représentant deux fleurs “kharybulbul,” considérées comme un symbole du Karabagh, qui s’unissent pour incarner les relations amicales et fraternelles entre l’Azerbaïdjan et la Turquie. a été offerte au président de la République de Turquie,.

Détail qui a son importance, la Declaration a été signé devant un batiment détruit pendant l’occupation arménienne. Ce bâtiment était la maison de Khurshidbanu Natavan, la fille de Mehdigoulou khan, le dernier khan de Choucha. En 30 ans, un grand nombre de villes et de villages ont ainsi été détruits, dans le but de faire disparaître de la région le patrimoine azerbaidjanais.

La signature de la Déclaration de Choucha est un événement majeur, non seulement pour les relations azerbaïdjano-turques, mais également pour l’avenir de la région. Il fait suite à divers documents signés au fil du temps sur les relations bilatérales. L’accord de partenariat stratégique et d’assistance mutuelle du 16 août 2010 peut être considéré comme le document le plus important dans ce domaine, qui a été suivi de la création du Conseil de coopération stratégique de haut niveau Azerbaïdjan-Turquie, le 15 septembre 2010.

Le nouveau document est essentiellement une continuation de ce processus.

L’ouverture prochaine du consulat général de Turquie à Choucha en sera le point d’orgue.


Tags: Azerbaïdjan   Turquie   France   Karabagh   Choucha