Moscou et Washington ont conclu un accord pour réduire le risque de guerre nucléaire

  17 Juin 2021    Lu: 390
Moscou et Washington ont conclu un accord pour réduire le risque de guerre nucléaire Keystone

Le président américain Joe Biden et son homologue russe Vladimir Poutine ont publié, mercredi, un communiqué conjoint sur la "stabilité stratégique" pour réduire le risque de guerre nucléaire.

A l'issue du sommet Biden-Poutine tenu à Genève, en Suisse, Washington et Moscou ont prouvé que "même en période de tension, ils sont capables de faire des progrès au niveau des objectifs communs de réduction des risques de conflit armé et de la menace de guerre nucléaire".

"La prorogation du traité New START, plus tôt cette année, est une incarnation de notre engagement en faveur du contrôle des armes nucléaires. Nous réaffirmons le principe qu'il n'y a pas de vainqueur dans une guerre nucléaire, cela ne doit jamais arriver", peut-on lire dans le communiqué.

Conformément à ces objectifs, les États-Unis et la Russie s'engageront conjointement dans un dialogue bilatéral intégré sur la stabilité stratégique, et poseront les jalons des futures mesures de contrôle d'armement et de réduction des risques.

Plus tôt dans la journée du mercredi, les présidents Biden et Poutine ont tenu un sommet bilatéral, premier du genre depuis la prise de fonction de Biden, à la bâtisse historique, Villa La Grange à Genève, en présence des ministres des Affaires étrangères des deux pays, Antony Blinken et Sergeï Lavrov. Les deux parties du sommet ont été reçues par le président suisse Guy Parmelin.

En février dernier, les États-Unis ont annoncé la prorogation du traité "New Start" avec la Russie, sur la réduction des armes stratégiques, pour 5 ans supplémentaires, jusqu'au 5 février 2026.

Le traité "New Start" a maintenu les arsenaux des deux pays à un niveau bien inférieur à celui de la guerre froide, plafonnant le nombre de lanceurs nucléaires stratégiques installés à 700, et le nombre d'ogives nucléaires à 1 550.

AA


Tags: