Politologue russe:  «Les membres du Groupe de Minsk ne remettent pas en cause l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan» 

  10 Juin 2021    Lu: 221
  Politologue russe:   «Les membres du Groupe de Minsk ne remettent pas en cause l

La déclaration du ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, sur le statut du Haut-Karabagh, faite au forum «Lectures Primakov», qui est diffusée activement par des médias arméniens, a également suscité des questions à Bakou.

En particulier, le ministre russe des Affaires étrangères a fait un certain nombre de déclarations qui dépassent le cadre du processus de négociation et la position sans équivoque de notre pays et du président azerbaïdjanais selon laquelle la question du statut du Karabagh n'existe plus. Selon Lavrov, la question concernant le statut du Karabagh ne devrait être examinée que dans quelques années, lorsque « des Arméniens et des Azerbaïdjanais vivront à nouveau ensemble dans la sécurité et la prospérité économique ». Alors, que veut dire Lavrov par ses propos lorsqu'il parle du statut du Karabagh ?

C'est ce qu'a déclaré le politologue russe Alexander Vorobyev, dans une interview accordée à Vzglyad.

Selon lui, parlant de la nécessité de clarifier le statut du Haut-Karabagh, le ministre russe des Affaires étrangères Lavrov parlait de ce territoire comme objet de règlement de conflit, et non du statut d'appartenance de ce territoire à un État particulier.

« Comme vous le savez, les membres du Groupe de Minsk, y compris la Russie, ne remettent pas en cause l'intégrité territoriale de l'Azerbaïdjan », a souligné le politologue russe.

Cependant, de facto, le conflit du Karabagh, dont souffrent les civils et l'économie de la région, n'est pas complètement résolu, a estimé le politologue russe.

Il a également ajouté qu'il n'y avait aucune garantie que le conflit ne s'aggravera pas à l'avenir, causant des pertes humaines.

« Par conséquent, il existe un besoin technique d'une plate-forme fonctionnelle, d'une autorité, qui serait garantie par les membres du Groupe de Minsk, et au sein de laquelle le processus de négociation et la désescalade du conflit pourraient être menés, et certaines questions urgentes pourraient être résolues. De plus, cette plateforme n'est pas forcément la seule et peut être complétée par d'autres. Par exemple, le travail du Centre de surveillance russo-turc, qui n'a pas été mentionné par hasard par le ministre russe des Affaires étrangères dans ce contexte », a noté l'expert russe.

Azvision.az


Tags: Karabagh   Russie   Lavrov