Pandémie/Inde: Plus de 1,5 million de nouvelles contaminations en une semaine

  07 Mai 2021    Lu: 1063
Pandémie/Inde: Plus de 1,5 million de nouvelles contaminations en une semaine REUTERS/Adnan Abidi

Alors que seulement 157 millions de personnes en Inde ont reçu à ce stade au moins une dose de vaccin contre le COVID sur une population de 1,35 milliard d'habitants, le taux d'injection a fléchi ces derniers jours

Le chef de l'opposition indienne, Rahul Gandhi, a exhorté vendredi le gouvernement à accélérer la campagne vaccinale contre le COVID-19 et à suivre les recommandations des autorités scientifiques alors que la deuxième vague de l'épidémie a provoqué plus de 1,5 million de contaminations supplémentaires en l'espace d'une semaine.

"Les lacunes de votre gouvernement sur une stratégie claire et cohérente contre le COVID et en matière de vaccination, ainsi que son orgueil en déclarant prématurément la victoire contre la maladie alors que le virus se propageait de manière exponentielle, ont placé l'Inde dans une position très dangereuse", écrit le député dans une lettre adressée vendredi au Premier ministre, Narendra Modi.

Le chef du gouvernement indien fait l'objet de vives critiques pour avoir laissé des millions de personnes, parfois non masquées, assister à des fêtes religieuses et des rassemblements politiques en mars et en avril.

La campagne vaccinale, perçue par les experts médicaux comme le seul moyen d'enrayer la deuxième vague, souffre en outre, selon l'opposition, de retards, alors que l'Inde est l'un des grands producteurs mondiaux de vaccins contre le COVID-19.

"Accélérez la campagne de vaccination, maîtrisez la deuxième vague de la pandémie...", a martelé vendredi le journal Hindustan Times.

Alors que seulement 157 millions de personnes en Inde ont reçu à ce stade au moins une dose de vaccin contre le COVID sur une population de 1,35 milliard d'habitants, le taux d'injection a fléchi ces derniers jours.

"Après avoir atteint un taux d'environ quatre millions par jour, nous sommes maintenant tombés à 2,5 millions par jour en raison des pénuries de vaccins", a déclaré Amartya Lahiri, professeur d'économie à l'Université de la Colombie-Britannique, cité dans le journal Mint.

"L'objectif de 5 millions par jour est le bas de ce que nous devons viser, car même à ce rythme, il nous faudra un an pour vacciner tout le monde avec les deux doses. La situation est malheureusement très triste."

L'Union européenne s'est dite jeudi prête à discuter de la proposition américaine d'une levée des brevets sur les vaccins contre le COVID-19, ce qui permettrait d'accroître l'offre, en particulier pour les pays en développement.

L'Inde a enregistré vendredi 414.188 nouveaux cas de coronavirus, tandis que les décès dus au COVID-19 ont augmenté de 3.915, selon les données publiées par le ministère indien de la santé.

Le nombre total d'infections dans le pays s'élève désormais à 21,49 millions, tandis que le nombre total de décès a atteint 234.083. Sur la semaine écoulée, l'Inde a recensé 1,57 million de nouveaux cas et un peu plus de 15.100 décès.

Les experts médicaux estiment que le bilan des morts et des infections pourrait en réalité être supérieur de cinq à dix fois aux chiffres officiels.

NOUVEL ÉPICENTRE DANS LE SUD DE L'INDE

La flambée épidémique en Inde a mis le système de santé sous pression au point que les hôpitaux n'acceptent plus de nouveaux patients. Plusieurs personnes sont décédées dans des ambulances et des parkings en attendant un lit ou de l'oxygène.

La vague de contaminations se propage désormais des villes surpeuplées vers les communes rurales éloignées qui abritent près de 70% de la population indienne.

Alors que le nord et l'ouest du pays sont les zones les plus touchées par la maladie, le sud commence à émerger comme le nouvel épicentre de la pandémie. La part des cinq Etats du sud dans les nouveaux cas de contamination est passée de 28% à 33% au cours des sept premiers jours de mai, montrent les données officielles.

Plusieurs Etats indiens ont imposé des mesures de restrictions à des niveaux divers pour contenir la vague épidémique, mais le gouvernement se refuse pour l'instant à un confinement national par crainte de l'impact économique d'une telle mesure.

Vendredi, l'aide des pays étrangers continuait d'affluer, en provenance notamment de la Pologne, des Pays-Bas et de la Suisse, a déclaré sur Twitter le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, Arindam Bagchi.

Par Reuters


Tags: COVID-19   Inde