Le MAE d'Azerbaïdjan réagit aux MAE de France et de Canada

  07 Mai 2021    Lu: 2356
 Le MAE d

"La libération de 3 prisonniers de guerre arméniens par l'Azerbaïdjan est considérée comme une étape positive sur les pages Twitter officielles des ministères français et canadien des Affaires étrangères et il a été appelé à la libération d'autres prisonniers arméniens également"

C'est ce qu'a déclaré la porte-parole du ministère azerbaïdjanais des Affaires étrangères (MAE) Leyla Abdullayeva tout en répondant à la question à l'appel des MAE français et canadiens concernant la libération des prisonniers de guerre arméniens.

L. Abdullayeva a rappelé que ce n'était pas le premier pas humaniste franchi par l'Azerbaïdjan, même lorsque les opérations militaires s'étaient poursuivies, notre pays avait remis les prisonniers de guerre arméniens à l'autre camp. Selon elle, après la fin des opérations militaires, plus de 70 prisonniers de guerre arméniens ont été renvoyés vers l'autre côté par nous: "En retour, l'Arménie a déployé ses militaires dans les territoires de l'Azerbaïdjan près de 20 jours après la cessation des opérations, en portant un coup à une paix fragile, réalisée très difficile. À la suite des actes terroristes commis par ces militaires, 4 militaires azerbaïdjanais sont morts, un civil blessé.

Nous attirons l'attention des ministères des Affaires étrangères des deux pays sur le fait que la partie arménienne ne remplit toujours pas les obligations du droit international humanitaire, ainsi que les obligations assumées par les déclarations trilatérales.

Probablement, les deux pays ont des informations selon lesquelles l'Arménie n'a pas encore fourni d'informations sur près de 4 000 Azerbaïdjanais portés disparus pendant la guerre en 1991-94, et refuse de fournir des cartes des zones minées dans les territoires libérés.

Si les ministères des Affaires étrangères de la France et du Canada veulent démontrer une approche non unilatérale, mais objective envers la question, ils devraient alors appeler l'Arménie à se conformer aux obligations du droit international humanitaire et à ne pas prendre des mesures qui entravent paix dans la région. Sinon, cela peut porter un coup sérieux à la crédibilité des deux pays dans la société azerbaïdjanaise. "

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   Karabagh   Arménie   France   Canada