L'Union européenne dévoile son plan de réduction visant à réduire la dépendance aux fournisseurs étrangers

  06 Mai 2021    Lu: 1908
L REUTERS/Yves Herman

"Cette nouvelle stratégie industrielle consiste à s'assurer que nos industries soient équipées pour conduire les transformations vertes et numériques de notre économie tout en assurant la compétitivité de nos industries, dans le contexte de la reprise post-COVID-19 également"

L'Union européenne a dévoilé mercredi un plan visant à réduire sa dépendance à l'égard des fournisseurs chinois et étrangers dans six domaines stratégiques dont les matières premières, les produits pharmaceutiques et les semi-conducteurs.

Le bloc a souligné l'urgence de la mission, citant la dépendance de l'Europe à la Chine pour se procurer environ la moitié des produits utilisés dans des écosystèmes sensibles, à savoir les matières premières, les ingrédients pharmaceutiques et d'autres produits clés pour satisfaire ses objectifs climatiques et numériques.

Les chefs des Vingt-Sept avaient sollicité l'exécutif européen et appelé à la formation d'alliances en octobre dernier afin de rendre leur industrie plus compétitive, autonome et résiliente.

En faisant la lumière sur des goulots d'étranglement dans la chaîne d'approvisionnement, la pandémie de coronavirus a conduit à la mise à jour du plan stratégique européen.

"Cette nouvelle stratégie industrielle consiste à s'assurer que nos industries soient équipées pour conduire les transformations vertes et numériques de notre économie tout en assurant la compétitivité de nos industries, dans le contexte de la reprise post-COVID-19 également", a déclaré lors d'une conférence de presse Margrethe Vestager, vice-présidente exécutive de la Commission européenne chargée du numérique.

D'après le document, les mesures de l'UE pourraient notamment consister en "la diversification de l'offre et de la demande en s'appuyant chaque fois que possible sur différents partenaires commerciaux, mais aussi sur le stockage et toute initiative autonome chaque fois que nécessaire".

Les Vingt-Sept pourraient par ailleurs mettre en commun leurs ressources pour les IPCEIs (Important Projects of Common European Interest), destinés à soutenir les projets jugés essentiels à la compétitivité de l'Europe, dans les domaines du cloud, de l'hydrogène, dans les industries à faibles émissions de carbone, pour les produits pharmaceutiques et les semi-conducteurs de pointe.

Reuters


Tags: Europe