G7: Antony Blinken s'est entretenu avec ses alliés japonais et sud-coréen sur le dossier nord-coréen

  05 Mai 2021    Lu: 303
G7: Antony Blinken s POOL / REUTERS

«Nous voulions nous assurer de consulter très activement les pays concernés, à commencer par nos proches alliés, la Corée du Sud et le Japon, vu leurs très forts intérêts dans cette question»

Le secrétaire d'Etat américain Antony Blinken s'est entretenu mercredi, en marge de réunion du G7 à Londres, avec ses homologues et alliés japonais et sud-coréen sur le dossier nord-coréen, alors que Washington a appelé Pyongyang à s'engager sur la voie diplomatique.

Avant cette rencontre trilatérale, à l'issue de laquelle les trois responsables n'ont fait aucun commentaire, Antony Blinken avait estimé essentiel de collaborer avec Tokyo et Séoul à ce sujet. La réunion intervient quelques jours après que Joe Biden a passé en revue la politique américaine à l'égard de la Corée du Nord. Le président américain avait affirmé fin avril qu'il utiliserait «la diplomatie tout autant qu'une dissuasion sévère» pour contenir les ambitions nucléaires de Pyongyang, une approche dénoncée comme «hostile» par les Nord-Coréens.

«Nous voulions nous assurer de consulter très activement les pays concernés, à commencer par nos proches alliés, la Corée du Sud et le Japon, vu leurs très forts intérêts dans cette question», avait souligné Antony Blinken lundi. Les deux pays asiatiques ont d'étroits liens économiques et sont tous les deux de très proches alliés de Washington. Mais leur relation est plombée depuis des décennies par des contentieux historiques remontant à l'époque de la colonisation de la Corée par le Japon, entre 1910 et 1945.

La brouille avait dégénéré en 2019 avec de graves tensions commerciales et diplomatiques, qui avaient failli déboucher sur la rupture d'un accord de partage de renseignements militaires capital notamment pour la politique américaine face à la Corée du Nord. En avril, le ministère sud-coréen des Affaires étrangères avait fait part de sa «profonde déception» vis-à-vis des hommages japonais persistants à Yasukuni, un sanctuaire «glorifiant l'exploitation coloniale» et la politique d'«agression» du Japon. (AFP)


Tags: EtatsUnis   Pyongyang   CoréeduSud