Église de Gazantchy à Choucha: comment des Arméniens ont-ils privatisé cette église orthodoxe?

  03 Mai 2021    Lu: 1837
    Église de Gazantchy à Choucha:   comment des Arméniens ont-ils privatisé cette église orthodoxe?

«Tout au long de l'histoire, il n'y avait pas d'Arméniens sur le territoire du Karabagh. Pour cette raison, la présence d'une église arménienne à Choucha est impossible. Ceci est confirmé par des faits historiques et toutes les opinions exprimées par des Arméniens à ce sujet sont infondées. Selon les informations dont nous disposons, la première pierre de cette église a été posée après 1806 sur le territoire du khanat du Karabagh.»

C'est ce qu'a déclaré l’historien Adalat Mustafayev, rapporte AzVision.

Il a noté que non seulement l'histoire de l'église de Ghazantchy à Choucha, mais aussi celle des monuments de la période albanaise dans la région du Karabagh en Azerbaïdjan avait été falsifiée.

«Cependant, malgré cela, l'histoire des processus qui ont eu lieu à Choucha à l'époque de Panahali Khan et après lui a été analysée. Selon l'analyse, il n'y avait pas de temple chrétien à Choucha jusqu'à l'occupation de la région par la Russie tsariste. Un traité a été signé en 1805 après que la Russie tsariste ait occupé le Caucase du Sud et déployé ses forces sur le territoire du khanat du Karabagh. Ensuite les faits sur le déploiement d'officiers et de soldats russes dans cette région. Comme il n'y avait pas d'église chrétienne dans la région à cette époque, des temples ont été construits pour les officiers. Ces bâtiments occupaient une petite zone, comme l'Église orthodoxe russe.

Petit à petit, lors des travaux de construction effectués sur le territoire, ce temple s'agrandit également. Au fil des ans, l’installation des Arméniens sur le territoire du Karabagh commence. Ainsi, sur le territoire du Karabagh, après l'arrivée du général de la Russie tsariste d'origine arménienne Madatov, parallèlement à cette installation, la restauration des monuments historiques s’est poursuivie. En conséquence, l'Église orthodoxe de Gazantchy a commencé par la suite à fonctionner comme un temple arménien. Il n'y a aucune preuve que le temple revendiqué par des Arméniens ait été construit en 1868-1887. C'est une déclaration sans fondement», a souligné Adalat Mustafayev.

Il a également ajouté que l'histoire possédait des documents sur les faits de l'installation des Arméniens sur le territoire du Karabagh.

«Il existe également un autre fait historique: Pierre Ier a diffusé en 1724 un manifeste sur l'installation des Arméniens dans les régions de la Caspienne, mais ce plan n'a pas été mis en œuvre. Au fil des années, ces installations ont été effectuées sur la base d'accords pertinents. Il y a également des informations selon lesquelles lors de l’installation en 1823, 19 familles arméniennes se sont installées sur le territoire de l'église, ainsi qu'au monastère de Gandzasar. Pour cette raison, les églises existant dans ces territoires n'ont rien à voir avec des Arméniens.

Après le processus de restauration de ces monuments religieux, les conditions sont créées pour la diffusion de fausses informations. Le processus de restauration s'est poursuivi même à l'époque soviétique. Je voudrais également noter que les falsifications se sont reflétées dans les travaux des historiens arméniens qui ont mené des recherches sur les monuments historiques arméniens. A la veille du début du conflit au Karabagh, en 1988, Moscou a adopté une résolution «Sur des mesures pour accélérer le développement socio-économique du Haut-Karabagh en 1988-1995».

Dans cette résolution, il était particulièrement noté que les chercheurs arméniens devraient être impliqués dans les travaux de restauration et d'étude des monuments historiques du Karabagh. Ainsi, le processus de restauration et de falsification des monuments a été effectué. L'appropriation par des Arméniens d'une église qui ne leur appartient pas est une politique arménienne menée pendant cette période », a-t-il indiqué.

Azvision.az


Tags: Karabagh   Choucha