«Sécession pour le salut»: le Karabagh et un autre mensonge arménien

  03 Mai 2021    Lu: 955
«Sécession pour le salut»: le Karabagh et un autre mensonge arménien

Malgré sa défaite écrasante dans la guerre du Karabagh, l'Arménie ne cesse de faire ses revendications sur les terres azerbaïdjanaises, en particulier un certain nombre de régions montagneuses du Karabagh, qui sont temporairement incluses dans la zone de responsabilité des forces de maintien de la paix russes. Cependant, l'approche conceptuelle de l'avancement des revendications territoriales de l'Arménie a subi un certain nombre de changements.

Même avant la guerre de 44 jours, l'Arménie a réalisé que le principe du droit du peuple à l'autodétermination, qu'elle défendait, n'était plus en mesure de fournir un soutien idéologique et théorique à l'occupation des territoires azerbaïdjanais. Premièrement, parce que le concept de «peuple du Haut-Karabagh», voulait dire a priori la double communauté qui existait avant le déclenchement du conflit en 1988. Par conséquent, il incluait non seulement des Arméniens vivant dans cette région azerbaïdjanaise, mais aussi des Azerbaïdjanais expulsés de ces territoires pendant le conflit à la suite du nettoyage ethnique effectué par la partie arménienne. Deuxièmement, l'idée du «peuple du Haut-Karabagh», que la partie arménienne a tenté de transmettre à la communauté mondiale, en lui donnant une caractéristique ethnique spécifique, n'a pas résisté aux critiques car des Arméniens en tant que peuple s'était déjà autodéterminée dans le cadre de la République d'Arménie. En d'autres termes, le «peuple du Haut-Karabagh» dans son interprétation arménienne n'existait tout simplement pas.

Enfin, troisièmement, même si la communauté mondiale était d'accord avec l'interprétation arménienne de ce concept, cela ne garantirait toujours pas aux occupants la possibilité d'une reconnaissance internationale des conséquences de l'occupation. Parce que le principe du droit du peuple à l'autodétermination, défendu par l'Arménie, conformément au droit international, y compris les dispositions de l'Acte final d'Helsinki, ne contredit pas un autre principe fondamental: l'intégrité territoriale des États. C'est-à-dire que, d'une part, le droit à l'autodétermination peut très bien être garanti dans le cadre de l'intégrité territoriale de l'État, et d'autre part, la primauté du principe de l'intégrité territoriale rejette la possibilité sécession de l'État de n'importe quelle partie de celui-ci, même sous le prétexte du droit à l'autodétermination.

Ces postulats juridiques internationaux ont créé de graves problèmes pour la diplomatie arménienne, axée sur l'obtention de la légitimation des conséquences de l'occupation des territoires azerbaïdjanais. Par conséquent, au cours des dernières années avant le début de la guerre de 44 jours, l'Arménie a commencé à insister non seulement sur le «droit du peuple à l'autodétermination», mais déjà «sur le droit du peuple à l'autodétermination sans aucun compromis». Ce dernier, bien sûr, c'est la séparation de l'Azerbaïdjan d'une partie de son territoire internationalement reconnu. Cependant, cela n'a pas eu l'effet escompté pour la partie arménienne, car un tel concept, qui contredit fondamentalement le principe d'intégrité territoriale, n'existe tout simplement pas en droit international.

Avec le début de la guerre de 44 jours, lorsque l'inévitabilité de la défaite du pays et l'effondrement de la politique d'occupation sont devenus clairs pour les dirigeants arméniens, elle a lancé une nouvelle idée, qu'elle tente aujourd'hui de réaliser au niveau international pour justifier leurs revendications incessantes sur les terres de l'Azerbaïdjan.

Ici, il s'agit du soi-disant concept de «sécession pour le salut». Cela signifie la possibilité de séparation par la force de l'État de toute partie de celui-ci par la communauté mondiale si la population vivant sur ce territoire ne peut pas exister sous la domination de cet État en raison de la politique discriminatoire menée par celui-ci pour des raisons raciales, nationales ou religieuses, violation massive des droits de l'homme ou génocide.

Même pendant des opérations militaires, le Premier ministre arménien Nikol Pashinyan déclare dans son entretien à la chaîne de télévision suisse RTS qu'il attend de la communauté internationale qu'elle applique le principe de «sécession pour le salut» pour le «Haut-Karabagh». Une déclaration similaire a été faite alors par le représentant de l'Arménie à la Cour européenne des droits de l'homme (CEDH) Yeghishe Kirakosyan, qui a qualifié la méthode de réalisation du droit à l'autodétermination de «sécession pour le salut». Il a souligné que le principe de «sécession pour le salut» était une formulation plus spécifique, tandis que «le droit à l'autodétermination» était un principe plus général. 

Après la fin de la guerre, lorsqu'une nouvelle réalité est créée pour l'Arménie, qui marque la fin du conflit et l'effondrement de l'idée du «statut du Haut-Karabagh», ses dirigeants continuent de soulever «sécession pour le salut».

«La deuxième guerre du Karabagh a prouvé que le Haut-Karabagh ne peut en aucun cas faire partie de l'Azerbaïdjan et que dans la situation actuelle, le principe de «sécession pour le salut» doit être appliqué», a récemment déclaré le secrétaire du Conseil de sécurité arménien, Armen Grigoryan, lors d'une réunion du Comité des Secrétaires des Conseils de Sécurité des Etats membres de l'OTSC tenue à Douchanbé.

Il convient de noter que l’Arménie, en proposant le principe de la «sécession pour le salut» à l’égard des Arméniens du Karabagh, qui auraient été exposés à la «menace existentielle» de l’Azerbaïdjan, se réfère constamment au fameux «précédent du Kosovo».

Disons que c’est ce principe qui a servi de base au processus d’autodétermination du Kosovo et à sa reconnaissance par un certain nombre de pays et de structures internationales. Les Arméniens défendent l'idée que le Kosovo peut servir de «précédent» dans le contexte de «la sécession pour le salut» du «Haut-Karabagh». Cependant, en même temps, ils admettent une falsification pure et simple.

Premièrement, il n’existe pas de «précédent du Kosovo». Les organisateurs de la sécession de cette région de la Serbie - les États-Unis et les principaux États européens - ont eux-mêmes affirmé que la solution au Kosovo n'était pas un précédent pour d'autres conflits.

Deuxièmement, de quel type d'appel à la situation au Kosovo pouvons-nous parler si l'Arménie a mené pendant 30 ans l'occupation d'une partie du territoire internationalement reconnu de l'Azerbaïdjan - le Haut-Karabagh et sept régions adjacentes, qui a été accompagnée du nettoyage contre la population azerbaïdjanaise, de l'expulsion d'environ un million d'Azerbaïdjanais de leurs terres natales, commettant de nombreux actes d'extermination massive de nos compatriotes, y compris le génocide de Khodjaly. C'est-à-dire que la partie arménienne a commis ces crimes de guerre contre les Azerbaïdjanais et l'Azerbaïdjan que les Kosovars n'ont pas commis contre les Serbes et la Serbie, l'État dont le Kosovo s'est en fait éloigné avec le soutien militaire et politique de l'extérieur.

Enfin, troisièmement, l'auto-proclamation de l'indépendance du Kosovo et sa reconnaissance ultérieure principalement par certains pays occidentaux étaient le résultat de l'application non pas de certains principes juridiques, mais d'opportunités géopolitiques. Partant de ce dernier, l'Occident a puni la Serbie en reconnaissant le Kosovo pour qu'il restait, en fait, la dernière île d'influence russe dans les Balkans. Entre-temps, le fait même que la sécession du Kosovo ne puisse pas être mise en œuvre sur la base du «principe» mis en avant par l'Arménie aujourd'hui pour justifier ses revendications sur le Karabagh azerbaïdjanais s'explique principalement par le fait qu’un tel principe n’existe tout simplement pas en droit international.

Le soi-disant principe de «sécession pour le salut» n'est rien de plus qu'une idée manipulatrice inventée par les apologistes du séparatisme radical et de la stratégie agressive de plusieurs États qui soulèvent la question de redessiner les frontières interétatiques établies. La manifestation la plus laide de ce genre de stratégie est la politique de l'Arménie envers l'Azerbaïdjan. Se cachant derrière le «principe» susmentionné à l'heure actuelle, caractérisé notamment par la situation catastrophique de l'Arménie après la défaite dévastatrice que lui a infligée l'Azerbaïdjan, le pays vaincu ne fait que confirmer sa réticence existentielle à sortir du cycle de sa haine et l'hostilité envers ses voisins. Son calcul sur l'utilisation de ce concept est donc futile à la fois du point de vue du droit international et de la possibilité de surmonter la grave crise systémique que traverse l'Arménie.

Quant à la «discrimination» qui aurait menacé des Arméniens vivant dans la partie montagneuse de la région du Karabagh de l'Azerbaïdjan, ce n'est rien de plus qu'un mythe utilisé par l'Arménie dès le début du conflit pour justifier ses vues prédatrices sur les terres azerbaïdjanaises. L'État azerbaïdjanais a toujours défendu la coexistence pacifique des Azerbaïdjanais et des Arméniens dans la partie montagneuse du Karabagh. Pendant près de 30 ans de négociations, l'Azerbaïdjan a accepté d'accorder à sa région du Haut-Karabagh le plus haut degré d'autonomie gouvernementale. Et maintenant, déjà vainqueur de la guerre du Karabagh, marquée par l'expulsion des forces d'occupation de l'Arménie de son territoire, l'Azerbaïdjan continue de prendre en compte des intérêts de la minorité arménienne, lui permettant de se voir accorder une autonomie culturelle, et plaide pour la réintégration complète de ses citoyens arméniens dans la société azerbaïdjanaise. Cependant, empêchant la réalisation de cette perspective, l'Arménie tente en fait de priver les Arméniens du Karabagh de cette seule voie pacifique possible, qui passe par l'affirmation de tous les droits et libertés pour eux dans le cadre de la citoyenneté azerbaïdjanaise.

Le conflit du Karabagh a été résolu avec la guerre de 44 jours, victorieuse pour l'Azerbaïdjan. Il a été résolu de la même manière que l’Azerbaïdjan avait mis en garde dès le début de la confrontation sanglante déclenchée par l’Arménie - sur la base du principe de l’inviolabilité des frontières internationalement reconnues, de l’intégrité territoriale de l’Azerbaïdjan. Toute tentative de l'Arménie d'inventer de nouveaux «principes» ne fait qu'exposer son désir sous quelque forme que ce soit de continuer à revendiquer les terres azerbaïdjanaises. Mais c'est une voie désastreuse pour l'Arménie elle-même. Puisqu'elle ne tient pas compte de la réalité objective, à la fois dans le contexte des normes et principes du droit international, et de la force de l'Azerbaïdjan, qui désormais ne permettra jamais à quiconque d'empiéter sur ses droits souverains, son unité territoriale et son intégrité.

Azvision.az


Tags: Karabagh