Climat:  les glaciers fondent plus vite que jamais

  03 Mai 2021    Lu: 697
 Climat:   les glaciers fondent plus vite que jamais

Entre 2000 et 2004, les glaciers du monde perdaient chaque année quelque 227 milliards de tonnes.

Partout dans le monde, les glaciers fondent sous l'effet du réchauffement climatique anthropique. Mais l'ampleur du phénomène restait à préciser. Aujourd'hui, des chercheurs assurent qu'ils perdent chaque année près de 300 milliards de tonnes de glace. Et que le rythme de cette fonte s'est nettement accéléré ces vingt dernières années. Participant substantiellement à l'élévation du niveau de la mer.

Pour la première fois, des chercheurs du CNRS, avec le soutien du Centre national d'études spatiales (Cnes), sont parvenus à mesurer avec précision, les changements d'épaisseur de tous les glaciers du monde - ou disons très exactement de 97 % d'entre eux. Et leurs conclusions ne sont pas réjouissantes. Quel que soit l'endroit de la planète, ou presque, les glaciers fondent aujourd'hui à un rythme record et qui s'accélère. Sous l'effet du réchauffement climatique anthropique.

Entre 2000 et 2004, les glaciers du monde perdaient chaque année quelque 227 milliards de tonnes. Entre 2015 et 2019, ils ont fondu d'environ 298 milliards de tonnes de glace chaque année. En d'autres mots, alors qu'en 2000, les glaciers se sont amincis de 36 centimètres, ils ont perdu pas moins de 69 centimètres en 2019. Leur masse globale a, quant à elle, chuté en moyenne de 267 milliards de tonnes par an depuis 2000. C'est plus que la calotte du Groenland ou que celle de l'Antarctique. Et c'est assez pour déverser 50 centimètres d'eau sur l'ensemble de la France métropolitaine.

Ces valeurs, les chercheurs les tiennent de l'analyse d'un demi-million d'images prises par le satellite Terra de près de 220.000 glaciers. Grâce à deux caméras, il acquiert régulièrement depuis 2000, des couples d'images de la surface de la Terre. Et ces images ont permis aux scientifiques de créer des modèles numériques de l'élévation des glaciers avec une précision spatiale et temporelle inégalée.

Pour les glaciologues du monde entier, ce travail change littéralement la donne. Car seulement quelques centaines de glaciers sont à ce jour surveillées in situ. Ces nouvelles données devraient permettre aux chercheurs de mieux contraindre leurs modèles. Pour mieux évaluer l'interaction entre le climat et les glaciers. Ils notent ainsi d'ores et déjà que si des changements décennaux dans les régimes de précipitations expliquent certaines anomalies observées régionalement -- en Scandinavie, par exemple -- l'accélération globale de perte de masse des glaciers reflète clairement le réchauffement global de l’atmosphère.

Les chercheurs s'attendent également à mieux prévoir, notamment, quelle sera la contribution des glaciers à l'élévation du niveau de la mer. Le phénomène, souvent attribué à la fonte des glaces au Groenland et en Antarctique, semble en effet également « substantiellement » lié à la fonte des glaciers.

Si toute la glace fondue depuis 2000 a atteint l'océan, les chercheurs calculent en effet qu'elle a déjà contribué à faire monter le niveau des eaux de 0,74 millimètre par an. Ils estiment par ailleurs qu'entre 6 et 19 % de l'accélération de l'élévation du niveau de la mer au XXIe siècle est due à la perte de masse des glaciers. Alors que 21 % de cette élévation proviendrait de ces eaux de fonte glaciaire. Selon les auteurs de l'étude, « une preuve supplémentaire scientifiquement rigoureuse de l'urgence d'une action rapide et collective pour réduire nos émissions de gaz à effet de serre ».

Futura planète / Nathalie Mayer


Tags: climat   glaciers   réchauffementclimatique