Problème de pénurie d'eau dans le monde: la victoire au Karabagh est également importante de ce point de vue

  01 Mai 2021    Lu: 2728
Problème de pénurie d

Le manque d'eau douce est en train de devenir un problème majeur de l'humanité au XXIe siècle et, comme le pensent les experts de l'ONU, cela entre en conflit avec les intérêts d'un nombre croissant de pays. Les affrontements armés entre le Kirghizistan et le Tadjikistan de la veille ont également été déclenchés par un différend concernant le contrôle d'un point de distribution d'eau sur la rivière frontière Ak-Suu.

L'Azerbaïdjan, dont l'accès à l'eau a été bloqué par les occupants arméniens, a également connu jusqu'à récemment de graves problèmes d'irrigation. Mais après la victoire militaire de l'année dernière, Bakou contrôle pratiquement tout le bassin hydrographique du Petit Caucase - principalement les eaux de l'Araz et les sources des rivières de montagne. Par conséquent, avec l'aide du réseau de réservoirs prévu, il pourra se protéger de la menace du chantage à l'eau.

Selon l'ONU, les bassins de plus de 260 fleuves mondiaux sont répartis entre plusieurs pays, ce qui a conduit à plusieurs reprises à des désaccords politiques sur la répartition des ressources en eau. Au cours des 50 dernières années, pour cette raison, il y a eu 21 guerres «de l'eau», sans parler de plus de 500 conflits mineurs entre des pays d'Afrique, du Moyen-Orient, d'Indochine, d'Asie centrale et du Sud-Est.

En particulier, il existe depuis longtemps des contradictions importantes dans la répartition des ressources en eau dans la région d'Asie centrale. Nous parlons, en particulier, des différends entre le Tadjikistan, où les sources d'un certain nombre de fleuves clés de la région proviennent de glaciers de montagne, et l'Ouzbékistan situé dans les basses terres relatives. Et maintenant, le caractère incomplet de la délimitation de la frontière étatique et l'incohérence des règles d'utilisation de l'eau ont conduit à des affrontements sanglants à la frontière du Tadjikistan et du Kirghizistan.

De graves contradictions sur la question de l'utilisation de l'eau sont également observées dans le Caucase du Sud, où pendant près de 30 ans d'occupation de la région du Karabagh, les agresseurs arméniens ont utilisé les ressources en eau comme un instrument de pression sur l'Azerbaïdjan. En contrôlant les rivières et les réservoirs du bassin du Petit Caucase, où se forme environ un tiers du potentiel hydrique total de l'Azerbaïdjan, ainsi qu'en capturant une section importante de la rivière Araz, les envahisseurs arméniens ont organisé une véritable terreur écologique. Pendant la période printemps-été, qui est importante pour le secteur agricole, l'eau des réservoirs de Sarsang et Sougovouchan a été coupée, provoquant une sécheresse dans un certain nombre de régions du centre du pays, et en hiver, l'eau était délibérément rejetée en excès, provoquant des inondations sur la rivière Tertertchaï, endommageant les terres agricoles. Tout au long de la période d'occupation, l'Azerbaïdjan a demandé à plusieurs reprises son soutien à l'ONU et à d'autres organisations internationales compétentes, mais là, ils se sont limités à exposer des faits et à demander des compromis.

Tout ce «chaos» de l'eau a pris fin après la brillante victoire de l'Azerbaïdjan dans la deuxième guerre du Karabagh, et depuis la fin de l'année dernière, notre pays a pu contrôler pratiquement toutes les ressources en eau du Petit Caucase. En particulier, le drain de la rivière frontière Araz est maintenant sous le contrôle total de l'Azerbaïdjan, et grâce à l'utilisation conjointe avec l'Iran du réservoir de Khoudaférin d'une capacité de plus de 1,6 milliard de mètres cubes, l'irrigation de 260 000 hectares de terres arables dans le sud-ouest du pays deviendra disponible.

À la suite de la libération du réservoir de Sougovouchan d'une capacité de 5,9 millions de mètres cubes, l'uniformité des flux à Tertertchaï est aujourd'hui réglementée et les problèmes d'irrigation dans les régions de Terter, Goranboy, Berdé et Yevlakh sont résolus.

Cependant, le principal avantage de l'Azerbaïdjan aujourd'hui est qu'à la suite du retour des régions de Kelbedjer et de Latchine, notre pays contrôle pleinement les sources montagneuses de 10 fleuves clés de la région du Karabagh, y compris des fleuves aussi profonds que Hékéri, Tertertchaï, Bazartchaï, Khatchintchaï. Ce sont ces rivières qui forment le principal ruissellement dans la région du Petit Caucase, notamment en fournissant de l'humidité au réservoir de Sarsang. Ce réservoir, d'une capacité de 560 millions de mètres cubes, est actuellement dans la zone de responsabilité des soldats de la paix russes, mais l'utilisation de ses eaux sera à terme également contrôlée par l'Azerbaïdjan.

En plus des grands réservoirs, les territoires libérés possèdent une douzaine de petits réservoirs d'eau d'une capacité totale de 80 millions de mètres cubes, ainsi que des lacs de montagne. Toutes les sources et canaux des rivières de montagne dans les régions de Goubadly et Zenguilan sont également sous la pleine juridiction de l'Azerbaïdjan.

Ainsi, une situation s'est développée lorsque Bakou qui contrôle toutes les zones d'origine du drain et, compte tenu des plans de construction de petits réservoirs de distribution d'eau et de complexes hydroélectriques dans les zones montagneuses de la région du Karabagh, sera en mesure de réguler la fréquence et le volume de l'approvisionnement en eau, en utilisant dans le sens nécessaire au pays.

Khazar Akhoundov

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   Karabagh