Différentes approches du patrimoine culturel: l'Azerbaïdjan restaure, l'Arménie détruit

  20 Avril 2021    Lu: 1546
Différentes approches du patrimoine culturel: l

Le 18 avril, c’est la Journée internationale des monuments et des sites. Chaque année, cette date attire l'attention du monde sur la protection des monuments et des sites, la protection du patrimoine culturel et les problèmes existants dans différents pays sont abordés.

L'Azerbaïdjan, qui est un pays riche en monuments historiques, a toujours adopté une approche sensible à cette question et accorde une attention particulière au patrimoine culturel mondial. Tout d'abord, il convient donc de noter les projets mis en œuvre par la Fondation Heydar Aliyev dans différents coins du monde, sa contribution à la protection des valeurs humaines.

Depuis de nombreuses années, nos projets visant à préserver le patrimoine historique, culturel et religieux et à le transmettre aux générations futures ne se limitent pas aux frontières de l'Azerbaïdjan. Jusqu'à présent, un certain nombre de sites historiques menacés d'effondrement en Europe ont été restaurés à l'initiative de la Fondation Heydar Aliyev. Formant l'image de bonne volonté de l'Azerbaïdjan dans le monde entier, la Fondation non seulement restaure des sites et monuments historiques, mais poursuit également ses activités dans le domaine de construction de nouvelles installations culturelles.

Le rôle particulier de la Fondation Heydar Aliyev dans la protection du patrimoine culturel

La Fondation Heydar Aliyev, dirigée par la première vice-présidente Mehriban Aliyeva, a contribué à la restauration et la protection de nombreux monuments en Azerbaïdjan et à l'étranger. Parmi les contributions de la Fondation Heydar Aliyev au patrimoine culturel mondial, on peut noter la reconstruction des pierres tombales d'éminents personnages historiques azerbaïdjanais - Mirza Chafi Vazeh, Mirza Fatali Akhoundov, Hassan bey Agayev et Fatali khan Khoyski et la création d'une allée en 2006 à Tbilissi, en Géorgie, la restauration de statues érigées dans le parc du château de Versailles en 2007, la restauration du musée du Louvre en 2008, la restauration du château de Berlin incendié et détruit pendant la Seconde Guerre mondiale en 2011, l’élévation d'un statut de Nizami Gandjavi dans le Parc de la Villa Borghese à Rome en 2012, la restauration des catacombes romaines au Vatican, l'élévation d'un monument consacré à l'éminent écrivain, philosophe et humaniste azerbaïdjanais Mirza Fatali Akhoundov dans la Bibliothèque nationale de littérature étrangère à Moscou, la création du Centre culturel azerbaïdjanais à Paris, la rénovation de la Salle des philosophes du musée du Capitole à Rome en 2013 et autres. Bien entendu, le travail accompli ne s'arrête pas là. On peut présenter des dizaines d'exemples similaires.

L'exemple de Vatican de l’Azerbaïdjan

Surtout les projets mis en œuvre par la Fondation Heydar Aliyev au Vatican attirent l'attention du monde entier. Depuis plus d'une décennie, certains monuments religieux d'importance historique y ont été restaurés avec le soutien de la Fondation. Il convient de noter qu'au début de cette année, la Fondation Heydar Aliyev et le  Conseil d'Archéologie Sacrée du Saint-Siège ont signé un nouvel accord de coopération pour la restauration des catacombes du Saint Commodille. Ainsi, la coopération entre la Fondation Heydar Aliyev, qui promeut le patrimoine culturel de notre pays dans le monde, et le Vatican est entrée dans une nouvelle étape.

Si on examine brièvement les projets mis en œuvre dans le cadre de la coopération bilatérale, on peut noter trois étapes importantes. Premièrement, les catacombes des saints Marcellin et Pietro ont été restaurées, et après la restauration, les catacombes ont été ouvertes au public avec la participation de la présidente de la Fondation Heydar Aliyev, Mehriban Aliyeva

La deuxième étape a commencé par le musée dans la basilique de Saint-Sébastien. La présidente de la Fondation Mehriban Aliyeva a étroitement soutenu l'organisation du musée, dont les sarcophages ont été restaurés et protégés. Dans la troisième phase actuelle, l'objectif est de restaurer les catacombes de Commodille, toujours fermées au public, et d’ouvrir leurs portes aux visiteurs. Ces trois sites sont considérés comme un patrimoine culturel important pour le monde chrétien.

Quant à la protection du patrimoine historique et culturel de notre pays, un travail considérable a été réalisé dans ce sens, des lieux appartenant à différentes religions ont été restaurés ou reconstruits et mis en service. Le nombre de monuments historiques restaurés est assez grand.

Le mausolée du Molla Panah Vagif à Choucha est actuellement en cours de restauration par la Fondation Heydar Aliyev sous la direction de la première vice-présidente de l'Azerbaïdjan, Mehriban Aliyeva. Le mausolée de Vagif, érigé à l'initiative de Heydar Aliyev, est restauré par la Fondation portant le nom du leader national.

Terreur arménienne contre les monuments historiques azerbaïdjanais

Alors que l'Azerbaïdjan restaure le patrimoine culturel mondial via la Fondation Heydar Aliyev, malheureusement, l'Arménie, qui a jusqu'à présent mené une politique d'agression, a adopté une approche complètement différente. Le patrimoine culturel du peuple azerbaïdjanais a été presque entièrement détruit par l'Arménie dans les terres occupées depuis environ 30 ans. Contrairement à l'Azerbaïdjan, qui est connu dans le monde entier comme l'initiateur de projets constructifs et de bonne volonté, l'Arménie s'est confirmée comme un État vandale qui a détruit des centaines de monuments religieux, culturels et historiques.

Les médias mondiaux ne sont plus indifférents aux actions barbares des Arméniens, attirant l'attention de la communauté internationale sur le fait que le patrimoine culturel incomparable des territoires libérés de l'Azerbaïdjan a été envahi par l'Arménie. Lorsque des journalistes étrangers visitent les territoires libérés, ils voient de leurs propres yeux la destruction et le pillage de nos monuments historiques et culturels - musées, galeries d'art, mosquées, cimetières.

À l'heure actuelle, l'Azerbaïdjan fait face à une grande tâche, comme la restauration des terres libérées. Bien que la restauration de certains monuments soit prévue, il est impossible de restituer les centaines de sites historiques detruits complètement par les Arméniens. Il convient de noter qu'à la suite du vandalisme arménien, il ne restait qu'un seul bâtiment à Aghdam, appelé Hiroshima du Caucase, qui était une mosquée utilisée à des fins militaires - un poste d'observation. Aucun monument religieux, historique et culturel n'a été préservé dans la ville.

En outre, à la suite d'une agression militaire, les grottes d'Azykh et de Taghlar, les monticules de Garakopek et d'Uzerliktépé, qui étaient les premières colonies humaines, ont été délibérément détruites en les utilisant à des fins militaires. Des monticules funéraires dans les régions de Khodjaly, Aghdéré, Fuzouli, Djabraïl, d'anciens cimetières, des tombes, des pierres tombales, des mosquées, des temples, des monuments et d'autres bâtiments appartenant à l'Albanie du Caucase à Choucha, Latchine, Kelbedjer, Goubadly, Zenguilan, Fuzouli ont été détruits par l'ennemi sauvage.

Le vandalisme arménien n'est pas passé inaperçu à Choucha, devenue la capitale culturelle du Caucase. Pendant l'occupation, la plupart des monuments historiques de Choucha ont été détruits. Les mosquées d'Achaghy et Youkhari Govharagha, de Kötcherli, de Merdinli, de Djouma, les maisons-musées du compositeur de génie Uzeïr Hadjibeyov, et du fondateur de l'art vocal professionnel Bulbul, le complexe du palais de Khourchidbanou Natavan, les demeures de Firudin bey Kötcherli, et de Zohrabbéyov, la maison du célèbre scientifique Mir Movsum Navvab, la tombe du grand poète azerbaïdjanais, vizir du khan de Karabagh , Molla Penah Vaguif ont également été la cible du vandalisme arménien. En outre, d'autres biens appartenant à l'Azerbaïdjan ont été insultés et utilisés à diverses fins.

Le ministère azerbaïdjanais de la Culture a déterminé à ce jour que plus de 400 monuments avaient été détruits dans les zones libérées. Avant l'occupation, le nombre total de monuments dans ces régions était d'environ 3 000.

Les barbares arméniens ont non seulement détruit des centaines de bâtiments, palais, mosquées, sanctuaires et lieux de culte, mais ont également volé des statues en pierre, des tombes anciennes, des monticules et des expositions historiques et les ont emmenés à Erevan. Ils ont détruit ce qu'ils pouvaient détruire et transporté en Arménie des échantillons de culture matérielle qui pourraient être transportés. Seulement à Choucha, 8 musées et 31 bibliothèques ont été détruits et déplacés.

Environ 5000 pièces du musée d'histoire de Choucha, environ 1000 pièces du musée d'histoire national du Karabagh, plus de 300 pièces du fondateur de la musique professionnelle azerbaïdjanaise, compositeur Uzeïr Hadjibeyov, environ 400 pièces du grand chanteur Bulbul, plus de 100 pièces du célèbre musicien et artiste Mir Movsum Navvab, plus de 2000 objets du musée d'histoire et d'ethnographie Aghdam, plus de 3000 objets du musée d'histoire et d'ethnographie de Goubadly et environ 6000 objets du musée d'histoire et d'ethnographie de Zenguilan ont été pillés. Selon les informations officielles, 22 musées et succursales de musées avec plus de 100 000 objets culturels ont été détruits dans les zones libérées.

Les faits que nous présentons montrent clairement à quel point le pays occupant a fait de grands dommages non seulement à l’Azerbaïdjan, mais au patrimoine culturel mondial en général. Malheureusement, de nombreux pays du monde, qui célèbrent la Journée internationale des monuments et des sites, n'ont pas encore évalué correctement le vandalisme arménien et ignorent pour une raison quelconque les terribles crimes d'Erevan, le génocide commis contre notre patrimoine national et culturel.

Azvision.az


Tags: FondationHeydarAliyev   monuments