Responsable de l'ANAMA:  «Des Arméniens ont posé des mines piégées dans des cimetières»

  16 Avril 2021    Lu: 1285
  Responsable de l

«Après la libération de ses terres, l'Azerbaïdjan a commencé à mener des opérations de déminage et à désamorcer des engins explosifs et de diverses armes abandonnées par les troupes arméniennes. Pendant l'occupation des terres azerbaïdjanaises, des Arméniens y ont installé des mines piégées, notamment dans des bâtiments résidentiels et des installations civiles.»

C'est ce qu'a déclaré Idris Ismayilov, responsable de l’Agence nationale pour le déminage des territoires de la République d’Azerbaïdjan (ANAMA), dans une interview accordée à AzVision.

Selon lui, des mines antipersonnel ont été posées sous ou à proximité de mines antichar dans les zones libérées: «De plus, nous avons également trouvé des mines densément posées. Cela montre la vraie nature des Arméniens.»

«Des Arméniens en quittant les territoires azerbaïdjanais libérés ont posé des mines dans les tranchées. Ces engins explosifs ne peuvent pas être détectés par les moyens de déminage standard, ils sont découverts lors d'opérations spéciales de recherche. Les sapeurs trouvent souvent des fragments de mines près des cimetières. L'ennemi a délibérément posé des mines dans des cimetières car il sait très bien que ceux, qui n'avaient pas pu visiter les tombes de leurs proches depuis près de 30 ans, veulent surtout s'y rendre», a-t-il ajouté.

En mars 2020, deux civils azerbaïdjanais ont été tués et trois autres ont été blessés dans l'explosion d'une mine lors de leur visite sur les tombes de leurs fermés dans les terres libérées.

L'Arménie, en violation flagrante du droit international humanitaire et de ses obligations, ne fournit pas à l'Azerbaïdjan des cartes des zones minées au Karabagh. Le refus de l'Arménie de fournir des cartes met en danger la vie des militaires et des civils et entrave les travaux de restauration et de reconstruction dans les terres azerbaïdjanaises libérées.


Tags: