Bakou réagit à la déclaration du MAE d'Arménie sur l'inauguration du Parc des butins de guerre

  13 Avril 2021    Lu: 942
 Bakou réagit à la déclaration du MAE d

L'hystérie du ministère arménien des Affaires étrangères (MAE) sur l'inauguration du Parc des butins de guerre à Bakou et la démonstration d'équipements, pris comme butins d'Arménie et détruits pendant la Guerre patriotique de 44 jours, montre que les efforts de diffamation de ce pays contre l'Azerbaïdjan n'a pas de limites.

C'est ce qu'a affirmé dans un communiqué lr MAE azerbaïdjanais, tout en commentant la déclaration du MAE arménien concernant l'inauguration du Parc des butins de guerre à Bakou.

«L’Azerbaïdjan a libéré ses territoires, maintenus sous occupation illégale pendant environ 30 ans, avec un droit, prévu par le droit international et a assuré l’intégrité territoriale au prix de la vie et du sang des fils de la patrie, à la suite de la Guerre patriotique. Certes, comme cela a été largement accepté dans l'expérience mondiale, rendre la glorieuse Victoire éternelle à travers des défilés, des parcs, des musées et d'autres moyens est notre droit moral. Quant à la démonstration de modèles de militaires arméniens, qui ont participé à la guerre, dans le parc, il y a une expérience de démonstration de modèles dans les musées militaires de nombreux pays du monde. Le message du Parc et des exposants, démontrés ici, est sans équivoque: la victoire, remportée sur la politique d'agression contre l'État et l'occupation illégale, est la solennité du droit international.

En ce qui concerne les affirmations du MAE arménien sur le pillage et la haine contre les humains, les conséquences de la destruction délibérée et de la politique de pillage de l’Arménie au niveau de l’État dans nos territoires, libérés de l’occupation, sont devant les yeux du monde entier. Le fait qu'un pays qui a rasé notre patrimoine historique, culturel, religieux, pillant nos ressources naturelles, violant les droits fondamentaux d'un million de personnes s'appropriant de leurs propriétés pendant 30 ans, parle de pillage, ne rentre dans aucun cadre. Un pays, qui a érigé un monument au bourreau fasciste Garéguine Njdeh, a glorifié le terroriste international Monté Melkonian, dont les mains étaient tachées de sang azerbaïdjanais pendant la première guerre du Karabagh, a érigé un monument au terroriste Soghomon Tehlirian avec une tête humaine coupée sous les pieds, n'a pas le droit de parler de haine contre un humain.

Nous recommandons une fois de plus au MAE arménien d'éviter la rhétorique, qui est pleine de mensonges et de calomnies concernant la question des «otages militaires» sonnés par la partie arménienne à chaque occasion. Les membres du groupe de saboteurs, envoyés dans les territoires azerbaïdjanais à des fins terroristes un mois après la déclaration trilatérale, également signée par le gouvernement arménien, ne peuvent pas être considérés comme des «otages militaires», nous l'avons répété à maintes reprises. L'Azerbaïdjan est toujours fidèle à ses obligations, met en œuvre toutes les mesures sur l'exécution de la déclaration conjointe datée du 10 novembre 2020, en même temps a rendu les otages militaires arméniens à la partie arménienne dans un court laps de temps.

Mais les affirmations sans fondement de l'Arménie, la conduite d'une campagne pleine de mensonges et de calomnies contre l'Azerbaïdjan au lieu de s'excuser en raison de son activité violente contraire à l'accord trilatéral, démontre que ce pays montre toujours une position animée, n'est pas prêt pour la normalisation des relations sur la base de le droit international, et n'a donc pas tiré la leçon de ce qui s'est passé dans un passé proche», note le commentaire.

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   Bakou   Karabagh   Arménie