"Après 30 ans d'attente, des réfugiés azerbaïdjanais prêts au retour" - AFP

  13 Avril 2021    Lu: 828
  "Après 30 ans d afp.com - Alexander NEMENOV

L'Agence France-Presse (AFP), l'un des principaux médias mondiaux, a préparé un reportage sur les préparatifs des PDI azerbaïdjanais à retourner dans les terres libérées.

AzVision présente le reportage:

En 1993, Ramziya Charifova était encore une adolescente quand elle a dû traverser une rivière pour rejoindre l'Iran depuis l'Azerbaïdjan et échapper aux forces arméniennes. Depuis l'autre rive, elle a vu des soldats incendier son village.

Près de 30 ans plus tard, cette bibliothécaire de 47 ans peut enfin penser au retour, et à ne plus être l'une des 750.000 Azerbaïdjanais contraints de fuir le Nagorny Karabakh et des régions avoisinantes à l'issue d'une guerre dans les années 1990.

Longtemps de faible intensité, la guerre a repris à l'automne 2020. Au terme de six semaines de combats, les forces azerbaïdjanaises ont repris le contrôle d'une petite partie du Karabakh et surtout des sept districts entourant la région indépendantiste dans le cadre d'un accord signé sous patronage russe.

"Je ne peux pas décrire les sentiments qui m'ont envahie quand cela a été annoncé", raconte Mme Charifova à l'AFP: "J'ai éclaté en sanglots. Des larmes de joie pour la libération de nos terres, mais aussi de tristesse pour nos soldats qui sont morts".

D'Iran, la famille de Ramziya Charifova avait été rapatriée en Azerbaïdjan, où elle a dû vivre d'abord dans le wagon d'un train de marchandises avant d'être relogée dans deux petites pièces d'un bâtiment administratif alloué par le gouvernement aux déplacés.

Elle vit aujourd'hui dans un grand appartement à Bakou mais n'a qu'une hâte: rentrer dès que la zone aura été déminée pour "participer à la reconstruction de mon village".

- Des milliards de dollars -

Bakou n'a pas encore avancé de date possible pour le retour des réfugiés, expliquant être à pied d'oeuvre pour notamment débarrasser la région des munitions et mines et réparer des infrastructures.

Président d'un Etat de dix millions d'habitants, Ilham Aliev a promis que des milliards de dollars seront investis pour la reconstruction.

"Nous avons été expulsés de nos terres ancestrales et condamnés à une vie de réfugiés", note Ramil Housseïnov, 41 ans, fonctionnaire au Comité d'État pour les personnes déplacées.

Lui-même originaire de Kalbajar, région limitrophe du Karabakh entièrement peuplée d'Azerbaïdjanais avant d'être vidée de ses habitants, il a "vécu 27 ans avec le seul rêve" de rentrer chez lui.

Il raconte sa colère en voyant les images des maisons de la région brûlant l'automne dernier, alors que les Arméniens fuyaient l'arrivée des troupes azerbaïdjanaises.

"Les Arméniens vivaient dans nos maisons et quand ils sont partis, ils les ont brûlées, ont coupé les arbres de nos jardins et de nos forêts, détruit les routes", s'emporte-t-il.

- 'Même sous des tentes' -

En novembre dernier, la prise militaire de Choucha au Karabakh a été pour Bakou la victoire symbolique et stratégique qui a forcé Erevan à accepter la défaite.

Ramig Meherremov, qui était directeur d'un hôpital de cette ville avant de fuir il y a trente ans, dit avoir pensé chaque jour à un retour, désormais à portée de main.

Avant la guerre des années 1990, la ville se caractérisait par son multi-culturalisme: mosquées et églises séculaires s'y côtoyaient, fréquentées par les Azerbaïdjanais musulmans et les Arméniens chrétiens.

Après l'accord de paix, M. Meherremov a pu faire un bref voyage à Choucha pour découvrir que sa maison et celles de voisins avaient été rasées.

Assis dans la cour de sa maison d'un étage dans un camp de déplacés proche de Bakou, M. Meherremov espère que Choucha "retrouvera un jour sa beauté d'antan".

Cela pourrait prendre beaucoup de temps, admet cet homme de 73 ans, mais "nous sommes prêts à y vivre, même sous des tentes".


Tags: AFP   Karabakh