«Les vaccins sont sûrs», dit Joe Biden

  20 Février 2021    Lu: 388
«Les vaccins sont sûrs», dit Joe Biden

Joe Biden a dit ne pas vouloir se risquer à des prédictions sur la date de la fin de la crise.

Le président américain Joe Biden a profité d'une visite vendredi dans une usine Pfizer fabriquant un vaccin contre le coronavirus pour assurer aux Américains que le remède était sûr et qu'il serait la clé vers la fin de la pandémie. Le démocrate, qui a fait de la lutte contre le Covid-19 sa principale priorité depuis son entrée en fonctions le 20 janvier, s'est adressé à ceux de ses compatriotes se disant sceptiques sur les vaccins, qui ont été produits à une vitesse record face à la crise sanitaire mondiale.

«Les vaccins sont sûrs. S'il vous plaît, pour vous, votre famille, votre communauté, ce pays, prenez le vaccin quand ce sera votre tour et qu'il sera disponible. C'est comme ça que nous vaincrons cette pandémie», a dit le président, en assurant que les compagnies fabriquant les vaccins étaient «méticuleuses». «S'il y a un message à faire parvenir à tout le monde dans ce pays, c'est celui-ci: les vaccins sont sûrs», a-t-il insisté.

«Il n'y a jamais, jamais, jamais eu de défi logistique plus grand que ce que nous essayons de faire, mais nous sommes en train d'y arriver», a-t-il encore dit à propos de la distribution des précieux flacons et des injections. Selon le président, l'objectif d'administrer un million d'injections par jour pour arriver à 100 millions pendant les 100 premiers jours de son mandat est en bonne voie pour être dépassé, avec une moyenne actuelle de 1,7 million d'injections quotidiennes.

Avec un bilan qui va bientôt atteindre les 500.000 morts aux États-Unis, Joe Biden a dit ne pas vouloir se risquer à des prédictions sur la date de la fin de la crise. Mais il a affirmé que 600 millions de doses (assez pour couvrir presque tout le pays) devraient être prêtes d'ici la fin juillet. «Je crois que nous allons nous rapprocher de la normalité d'ici la fin de cette année. Si Dieu le veut, ce Noël sera différent de celui qui l'a précédé, mais je ne peux pas m'y engager», a-t-il dit. (AFP)


Tags: EtatsUnis   Pfizer   vaccin   coronavirus