New Start: Joe Biden veut prolonger de cinq ans le traité-clé de désarmement nucléaire avec la Russie

  22 Janvier 2021    Lu: 279
 New Start: Joe Biden veut prolonger de cinq ans le traité-clé de désarmement nucléaire avec la Russie JONATHAN ERNST / REUTERS

La proposition sur New Start devrait être accueillie favorablement par son homologue russe Vladimir Poutine, qui s'était lui aussi dit favorable à une extension de cinq ans.

Le nouveau président américain Joe Biden veut prolonger de cinq ans le traité-clé de désarmement nucléaire New Start entre les Etats-Unis et la Russie, qui expire début février, a annoncé jeudi la porte-parole de la Maison Blanche. «Les Etats-Unis entendent aboutir à une prolongation de cinq ans de New Start, comme le permet le traité», a déclaré Jen Psaki lors d'une conférence de presse au lendemain de l'entrée en fonction du démocrate.

«Le président a toujours dit clairement que le traité New Start était dans l'intérêt de la sécurité nationale des Etats-Unis, et une telle extension est encore plus nécessaire quand les relations avec la Russie sont tendues», a-t-elle estimé. Pour montrer qu'il ne s'agissait pas d'un chèque en blanc, le président Biden a parallèlement demandé aux services de renseignement américains «un examen global» de la récente cyberattaque imputée à Moscou, d'éventuelles «ingérences» dans les élections et sur «l'utilisation d'armes chimiques contre le leader de l'opposition Alexeï Navalny», a précisé Jen Psaki.

La proposition sur New Start devrait être accueillie favorablement par son homologue russe Vladimir Poutine, qui s'était lui aussi dit favorable à une extension de cinq ans. L'ancienne administration de Donald Trump n'avait elle accepté qu'une prolongation conditionnelle d'un an, le temps de négocier un accord plus global, mais les pourparlers avec Moscou n'avaient pas abouti.

Ce traité, le dernier accord du genre entre les deux anciens rivaux de la Guerre froide, limite les arsenaux des deux puissances nucléaires à un maximum de 1.550 ogives déployées chacun, soit une réduction de près de 30% par rapport à la limite précédente fixée en 2002. Il limite aussi le nombre de lanceurs et bombardiers lourds à 800, ce qui reste suffisant pour détruire la Terre plusieurs fois. (AFP)


Tags: EtatsUnis   Russie