Un autre mensonge de l'Arménie: des tentatives de présenter des terroristes comme des prisonniers de guerre

  21 Janvier 2021    Lu: 289
    Un autre mensonge de l

Des groupes terroristes envoyés par l'Arménie au Karabagh après la fin des combats entre l'Azerbaïdjan et l'Arménie ont tenté de commettre un certain nombre de provocations.

Un groupe de 62 terroristes-saboteurs arméniens, volontairement déployés par l'Arménie dans les territoires azerbaïdjanais libérés de l'occupation, ont été arrêtés.

Selon les informations officielles, tous les détenus ont été appelés de la région arméniens de Chirak pour servir dans les forces armées d'Arménie et ont été deployés sur le territoire de la République d'Azerbaïdjan pour commettre des actes de sabotage et de terrorisme contre les militaires des forces armées d’Azerbaïdjan et de sa population civile.

À la suite des provocations de ces groupes terroristes, il y a eu des morts et des blessés parmi les militaires des forces armées d'Azerbaïdjan et des civils.

Mais pourquoi ces terroristes ont-ils été envoyés en Azerbaïdjan après la signature d’une déclaration le 10 novembre et la cessation des opérations militaires?

Le but principal de la pénétration de terroristes - saboteurs sur le territoire azerbaïdjanais est de commettre des provocations. Cependant, ces groupes ont été complètement neutralisés par les forces azerbaïdjanaises.

Aujourd'hui, des responsables de ce pays, qui expriment des opinions différentes et dévoilent des chiffres contradictoires dans des médias arméniens, tentent d'utiliser ces terroristes à des fins différentes. Certains responsables arméniens affirment que 62 personnes ont été arrêtées, le gendre de Serge Sarkissian, Mikhael Minasyan, parle de 115, l'ancien ministre de la Sécurité, David Chahnazaryan d’environ 235 détenus. Les utilisateurs des réseaux sociaux arméniens écrivent que plus de 500 militaires arméniens ont été arrêtés. Les responsables arméniennes veulent que tous soient libérés.

Quelle est la position officielle de l'Azerbaïdjan sur cette question?

L'Azerbaïdjan a ouvertement déclaré à divers niveaux officiels que le 14 décembre 2020, conformément à son obligation, la partie azerbaïdjanaise avait restitué 44 prisonniers de guerre arméniens à l'autre partie sur le principe du «tout pour tous». Les personnes dont l'Arménie réclame aujourd'hui la libération n'ont rien à voir avec les prisonniers de guerre. Ces personnes ont été envoyées par l'Arménie pour commettre des actes de sabotage et de terrorisme après la fin des opérations militaires et la déclaration de novembre.

Le fait que ces personnes aient été envoyées en Azerbaïdjan après la fin de la guerre, est également confirmé par les responsables russes.

Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a déclaré: «Un grand groupe de conscrits arméniens y a été envoyé [dans la région de Hadrout en Azerbaïdjan] fin novembre. Ils - 62 personnes - ont été capturés début décembre.»

Comment cette question devrait-elle être résolue conformément au droit international humanitaire?

En vertu des dispositions des Conventions de Genève de 1949 pour la protection des victimes de la guerre, les membres d'un groupe terroriste qui ont commis un crime spécifique ne peuvent être considérés comme des prisonniers de guerre. Ainsi, ceux qui sont manipulés par l'Arménie et qui demandent leur retour ne peuvent être considérés comme des prisonniers de guerre. Ce sont des saboteurs et des terroristes, et la partie azerbaïdjanaise les a neutralisés précisément dans ce statut.

Azvision.az


Tags: Karabagh   terrorisme