L'Ombudsman azerbaïdjanais a fait appel à la communauté internationale

  30 Novembre 2020    Lu: 408
 L

Sabina Aliyeva, Commissaire aux droits de l'homme de l' Azerbaïdjan (Ombudsman), a lancé un appel à la communauté internationale à l'occasion du 30 novembre - Journée du souvenir dédiée à toutes les victimes de la guerre chimique.

L'appel se lit comme suit:

"La communauté internationale marque chaque année le 30 novembre comme la Journée du souvenir dédiée à toutes les victimes de la guerre chimique. En 2015, la Conférence des États parties à la Convention sur l'interdiction de la mise au point, de la fabrication, du stockage et de l'emploi des armes chimiques et sur leur destruction a décidé lors de sa 20e session qu'une Journée du souvenir serait désormais observée le 30 novembre de chaque année ou le premier jour de la session ordinaire de la Conférence des États parties.

Cette commémoration est l'occasion de rendre hommage aux victimes de la guerre chimique tout en réaffirmant l'engagement de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC) en faveur de l'élimination de la menace des armes chimiques et pour la promotion des objectifs de paix, sécurité et multilatéralisme.

L’Azerbaïdjan est l’un des premiers États à avoir ratifié la Convention sur les armes chimiques, interdisant absolument l’utilisation des armes chimiques et développant le mécanisme de contrôle approprié, le 9 novembre 1999, conformément à la loi adoptée par le Parlement. C'est pourquoi notre État est devenu membre à part entière de l'OIAC fondée le 29 avril 1997. En Azerbaïdjan, le 8 mai 2020, la loi nationale sur l'interdiction de la mise au point, de la fabrication, du stockage et de l'emploi des armes chimiques et sur leur destruction a été adoptée. La loi susmentionnée, qui garantit la paix et la sécurité de l'humanité, la sécurité nationale de l'Azerbaïdjan, la protection de la sécurité environnementale et la prévention du déséquilibre écologique, fournit une définition complète de l'arme chimique en tant qu'arme de destruction massive fondée sur les propriétés toxiques des substances.

L'Azerbaïdjan coopère étroitement avec les autres États, leurs organes compétents, ainsi qu'avec les organisations internationales de prévention des armes chimiques dans le domaine de l'interdiction des armes chimiques conformément aux traités internationaux auxquels il est partie.

Il faut noter avec regret que depuis le 27 septembre 2020, les forces armées arméniennes ont poursuivi leurs crimes de guerre, crimes contre la paix et l'humanité en ciblant intensivement les zones densément peuplées, les objets sociaux, culturels et stratégiques de l'Azerbaïdjan à l'aide d'armes interdites.

Tirs sur des civils, des objets situés bien au-delà de la zone des hostilités actives et des civils, qui ne sont pas des combattants et ne prennent pas part aux hostilités, meurtre de nombreux citoyens pacifiques, y compris des enfants et des femmes, bombardements de monuments historiques, culturels et religieux, cimetières des systèmes de missiles opérationnels et tactiques et de l'artillerie lourde ne sont qu'une partie des crimes commis par l'Arménie.

Au cours des 44 jours de guerre dus à une autre agression militaire de l'Arménie contre l'Azerbaïdjan, les forces militaires de l'Arménie ont utilisé à plusieurs reprises des armes contenant des éléments chimiques de phosphore contre les civils azerbaïdjanais.

Au cours des opérations de recherche menées par les groupes d'opérations mobiles spéciaux de l'Agence nationale azerbaïdjanaise pour la lutte antimines (ANAMA), ils ont trouvé des munitions au phosphore blanc (P-4) utilisées par l'armée arménienne contre des civils et des biens de caractère civil, bien qu'interdites par le droit international humanitaire, les normes et principes.

Le phosphore blanc, une substance cristalline blanc jaunâtre considérée comme le type d'arme chimique contenant du phosphore le plus toxique, s'oxyde dans l'obscurité avec une lueur bleuâtre et s'enflamme dans des conditions normales lorsqu'il est écrasé. Lors d'un incendie provoqué par la combinaison du phosphore blanc avec l'oxygène atmosphérique, la température dépasse + 1000 ° C degrés. Le danger posé par les bombes au phosphore d'une portée de 200 à 400 mètres au moment de l'explosion ne se limite pas à cette zone, mais peut également se propager dans l'eau et dans l'air et nuire à d'autres pays.

Il est bien connu que les documents juridiques internationaux constituent un mécanisme important de protection des droits de l’homme dans les conflits armés. Cependant, l'agresseur, le Gouvernement arménien, en violation flagrante des documents internationaux directement relatifs à la protection des civils dans les conflits armés, a utilisé des munitions interdites, y compris des armes chimiques contre l'Azerbaïdjan.

Et enfin, cela signifie que le gouvernement arménien viole gravement ses obligations internationales découlant de la convention, en outre, de la Convention (IV) de La Haye concernant les lois et coutumes de la guerre sur terre, Convention (IV) de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre, Convention de La Haye pour la protection des biens culturels en cas de conflit armé et son protocole additionnel, Déclaration sur la protection des femmes et des enfants en période d'urgence et de conflit armé, Convention sur l'interdiction d'utiliser des techniques de modification de l'environnement à des fins militaires ou toutes autres fins hostiles, Convention relative aux droits de l'enfant et autres accords internationaux protégeant l'humanité.

Sur la base des faits susmentionnés, le 30 novembre, Journée du souvenir dédiée à toutes les victimes de la guerre chimique, nous appelons les organisations internationales, y compris celles qui travaillent dans le domaine de l'interdiction des armes chimiques à prendre des mesures pour établir la responsabilité juridique internationale de l'Arménie qui a commis des crimes de masse contre la population civile de l'Azerbaïdjan et des crimes de guerre en utilisant des armes chimiques largement interdites.

Cet appel est adressé au Secrétaire général des Nations Unies, au Conseil de sécurité des Nations Unies, au Haut-Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, au Haut-Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés, au Conseil des droits de l'homme des Nations Unies, au Fonds des Nations Unies pour l'enfance, à l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO), à l'Union européenne, au Conseil de l'Europe, à l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe, aux Institutions internationales et européennes de médiateurs, à l'Association asiatique des médiateurs, à l'Organisation de la coopération islamique et l'Association des médiateurs de ses États membres, à la Commission permanente indépendante des droits de l'homme de l'Organisation de coopération islamique, au Réseau européen des médiateurs pour les enfants, au Bureau international de la paix, à l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques, aux différents médiateurs et institutions nationales des droits de l'homme, aux ambassades de la République d'Azerbaïdjan dans les pays étrangers et aux ambassades étrangères en Azerbaïdjan, aux organisations de la diaspora azerbaïdjanaise."

Azvision.az


Tags: Azerbaïdjan   guerrechimique