Brexit: le divorce aura forcément un coût pour Londres, selon la présidence de l`UE

20:57   11 Janvier 2017    94

Le Royaume-Uni, qui s`apprête à divorcer de l`Union européenne, devra bénéficier in fine d`une situation moins avantageuse que ne l`était celle d`un pays membre, "inférieure à l`appartenance", a affirmé mercredi le Premier ministre maltais Joseph Muscat, dont le pays a pris la présidence tournante de l`UE.

"Nous voulons un accord juste pour le Royaume-Uni mais cet accord juste doit être inférieur à l`appartenance (à l`UE)", a souhaité M. Muscat lors d`une conférence de presse conjointe à La Valette avec le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker.
"Il ne saurait y avoir de situation dans laquelle tout ce qui est négocié aboutit à une situation meilleure que celle dont bénéficie le Royaume-Uni (aujourd`hui)", a souligné M. Muscat. Longtemps colonie britannique, membre du Commonwealth, le petit Etat de Malte est pourtant considéré comme un allié traditionnel de Londres.

A la suite du référendum britannique du 23 juin dernier, la Première ministre Theresa May a promis de déclencher la procédure de divorce - en activant l`article 50 du traité de Lisbonne - d`ici la fin mars, c`est-à-dire durant le semestre de présidence maltaise du Conseil de l`UE (qui représente les Etats membres).
Les 27 autres pays de l`Union se sont engagés à ne pas négocier tant que l`article 50 ne serait pas invoqué, et à présenter un front uni face à Londres.

Refusant ainsi de laisser aux Britanniques le choix d`un Brexit "à la carte", ils se veulent fermes sur le futur accès au marché unique, s`opposant à ce que Londres puisse en bénéficier s`il ne respecte pas le principe de libre circulation des personnes, en particulier de la main d`oeuvre d`Europe de l`Est.

"J`ai rarement assisté à une discussion sur n`importe quel autre sujet où les 27 Etats membres ont pratiquement la même position", a commenté M. Muscat.
"Je ne suis pas devin et j`ignore si l`un ou l`autre pays brisera cette sorte d`unité, mais je ne vois pas que cela arrive maintenant", a assuré le dirigeant maltais.

De son côté, M. Juncker a réaffirmé que le Brexit ne signifiait "pas la fin de l`Europe ni du projet européen".

L`UE doit tenir un sommet extraordinaire à 27 le 3 février à La Valette afin de continuer à débattre de l`avenir de l`Union européenne sans le Royaume-Uni.

Tags:


à lire aussi